Flash infos

Démarches
en ligne
& services

Recevoir la newsletter

Alerte SMS

S'inscrire
Magazine municipal
Journal vidéo

Mardi

  Max. : 24°
Min. : 11°


Budget 2017

// Un budget réaliste et responsable pour 2017

« Aux Ponts-de-Cé, on ne dépense pas ce que l’on n’a pas » : c’est ce qu’a assuré le maire, Joël Bigot, lors de la présentation du budget 2017 en Conseil Municipal le 15 décembre dernier. L’enjeu sera donc de faire preuve de créativité et d’audace pour relever le défi d’un service public à la hauteur des attentes des Ponts-de-Céais.

// Un contexte difficile

« Le budget n’est pas qu’un simple outil comptable », a tenu à rappeler Joël Bigot, le maire des Ponts-de-Cé, en simple préambule du Conseil Municipal du 15 décembre.
Pour la quatrième année consécutive, les dotations de l’État s’amenuisent. Moins 123 000 €€en 2017. Soit un concours financier de l’État qui s’établit à 3,13 M€. « En quatre ans, la ville a enregistré 696 000 € de baisse des dotations.
Les communes doivent faire des arbitrages, mais pas au détriment des services, notre bonne gestion passée nous aide à traverser cette période difficile », a insisté Joël Bigot.

// Pas d’augmentation des taux d’imposition

Aux Ponts-de-Cé, pour la neuvième année consécutive, les taux d’imposition communaux n’augmenteront pas. « Notre fiscalité est raisonnée et nous continuons de nous inscrire parmi les taux les plus bas de l’agglomération », fait remarquer Céline Harou, adjointe à l’économie et aux finances. Les recettes fiscales pour l’année 2017 atteignent 5,93 M€.

// Pour le fonctionnement municipal

En 2017, le niveau de dépenses et de recettes de fonctionnement est stable par rapport à 2016. Côté dépenses, le budget 2017 s’établit à 10,9 M€. Les charges de personnel augmentent légèrement (+ 164 000 € pour atteindre 6,6 M€) : 37,7 % pour les écoles, la petite enfance et la jeunesse, 25,8 % pour les services techniques, 21,1 % pour l’administration générale de la Ville, 8,2 % pour la culture et 7,3 % pour le sport, les événements et la vie associative. « L’évolution est notamment liée à l’augmentation du point d’indice, à des titularisations, à la création d’un poste pour les services aux usagers… », précise Myriam Pasquette, directrice générale adjointe chargée des ressources.



Trois axes pour bien fonctionner :

1 // Maîtriser les dépenses

« Les dépenses et les recettes sont maîtrisées, tout en conservant l’offre faite aux habitants », souligne l’adjointe à l’économie et aux finances. En 2017, la Ville poursuit ses économies sur le fonctionnement, avec un budget historiquement bas. Et pas question d’augmenter les taux d’imposition cette année.
Ils restent fixes pour la neuvième année consécutive. Sont néanmoins à prendre en compte : l’évolution physique des bases (1,2%) et la loi de finances votée par le parlement (0,4%).

2 // Maintenir les services

Les élus insistent : « Nous maintenons les services municipaux en nous adaptant aux besoins et à notre époque. Si les effectifs ne bougent pas, la répartition est parfois différente. Aujourd’hui, nous avons par exemple besoin d’aider les citoyens à accéder à nos services dématérialisés », explique Joël Bigot, « nous ne reproduisons pas systématiquement l’organisation des années précédentes ».

3 // Maîtriser la dette grâce à notre épargne

À la fin de l’année, la dette devrait s’établir autour de 15,2 M€ (montant total qui tient compte de l’avance remboursable en 2020 de 2 M€ à Alter – ex Sodemel). Côté emprunts, les prévisions se situent autour de 800 000 € cette année. « La Ville ne s’endette pas plus.
On utilise notre épargne. On ne vit pas au-dessus de nos moyens, sinon on ne tiendrait pas sur la longueur », assure Céline Harou. La Ville affiche un niveau d’épargne similaire à 2016 : 1,4 M€.

 

 

 

 

 

 

 

Partager : Print this pageEmail this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest
Agenda
<Octobre 2017>
LMMJVSD
      01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31      
A l'affiche